Algues et piscine : tout ce qu’il faut savoir

Quoi de plus terrible que de se retrouver face à des algues dans sa piscine ? Heureusement, il est relativement simple de s’en débarrasser. Pour cela, il est nécessaire d’identifier le type d’algues présent dans le bassin et d’appliquer un traitement adapté. Découvrez les différentes familles d’algues de piscine, leurs caractéristiques, la façon de les reconnaître et les traitements à mettre en place pour les éliminer.

Les algues de piscine : des milliers d’espèces, une seule grande famille

Sauf rare exception, les algues susceptibles d’être présentes dans la piscine d’un particulier appartiennent toutes à la même famille. Il s’agit des algues diatomées, un micro-organisme monocellulaire qui va se diviser afin de proliférer. Ce végétal est en mesure de se développer très rapidement, notamment si les conditions nécessaires sont réunies : un environnement chaud, de l’humidité et de la lumière. Étant donné que la piscine offre tous ces éléments, elle est plus susceptible d’y voir se développer ces micro-organismes. En cas d’apparition d’algues dans la piscine, plusieurs signes peuvent vous alerter : l’eau et les parois se colorent, des dépôts se forment à la surface et au fond du bassin, le pH n’est plus équilibré, etc. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’existe pas que des algues vertes de piscine. En réalité, on distingue des milliers d’espèces, bien que toutes fassent partie de la fille des diatomées. D’où l’importance de savoir les identifier.

Savoir identifier les algues de piscine

Pour être en mesure de faire la différence entre les algues de piscine, il est possible de se fier à deux éléments principaux. La couleur tout d’abord qui pourra notamment être verte, noire et même blanche. L’aspect peut également donner une indication de l’espèce à laquelle appartient l’algue de piscine et ainsi faciliter la sélection d’un correctif adapté. Les principales espèces sont :

  • les algues vertes de piscine : avec ce micro-organisme, l’eau va être uniformément verte. Selon le niveau de prolifération, il se peut que des taches vertes soient également présentes sur les parois, la ligne d’eau et le fond du bassin. Leur aspect est généralement visqueux. Elles vont donc généralement être en suspension à la surface ou s’attaquer aux parois et les rendre glissantes ;
  • les algues de piscine jaune : aussi appelée algue moutarde, elle trouve ses origines au Sahara. Après s’être fixé à la poussière, le germe va voyager grâce au vent ou à la pluie. À cause de son mode de propagation, elle a tendance à toucher principalement les régions venteuses, tout particulièrement celles qui sont en contact avec les vents du Sud. Elle prend la forme d’une couche de poussière jaune qui se développe principalement dans les zones ombragées du bassin. Pour la détecter, il est nécessaire que l’eau ne soit pas agitée, car elle a tendance à facilement se détacher des parois et à se dissiper ;
  • les algues de piscine noire : avec cette espèce, la couleur globale de l’eau de la piscine n’est pas nécessairement modifiée. Toutefois, des taches noirâtres se forment au fond du bassin et sur les parois. Elles présentent un aspect très gluant, ce qui explique qu’elles se développent en arborescence. Elles peuvent également se fixer sur les joints de carrelage du bassin ;
  • les algues de piscine blanche : tout comme les algues jaunes, elles ont tendance à proliférer dans les coins d’ombre de la piscine. De couleur blanche, elles s’agglutinent généralement afin de former une masse d’algues. Elles se détachent relativement facilement des parois dès que l’eau est agitée et présentent un aspect qui rappelle la mousse ;
  • les algues de piscine rouge : pouvant être rouges comme roses, ces algues de piscine se développent quasi exclusivement sur les équipements et zones en plastique de la piscine. Raison pour laquelle on les retrouve principalement au niveau du liner et du skimmer.

Algues dans la piscine : les causes

L’apparition dans la piscine d’algues vertes ou d’une autre couleur peut avoir différentes origines. Avant d’entreprendre une action curative, il est important d’en comprendre la cause. C’est le seul moyen pour que le problème ne se répète pas. Parmi les raisons les plus fréquentes, on distingue :

  • un pH de l’eau inadapté : il est conseillé que le pH de l’eau soit compris entre 7,2 et 7,4. S’il est inférieur ou supérieur à cet intervalle, l’eau n’est alors plus équilibrée. Dans ce cas, des micro-organismes sont susceptibles de se développer et les produits d’entretien perdent de leur efficacité ;
  • un entretien de la piscine qui n’est pas réalisé correctement : nettoyer régulièrement son bassin est indispensable afin de limiter l’apparition de bactéries, de champignons et d’algues. Dans le cas contraire, ces organismes risquent de faire leur apparition et de proliférer très rapidement sans traitement adapté. D’où la nécessite de posséder un kit d’entretien de la piscine complet (faire un lien vers Kit entretien piscine : quels sont les indispensables ?) ;
  • une température de l’eau trop élevée : lors des fortes chaleurs, la température de l’eau peut rapidement franchir la barre des 28 °C. Dans ces conditions, les algues sont plus susceptibles de faire leur apparition et de proliférer. D’où l’importance de contrôler la température, de rajouter de l’eau fraîche si nécessaire et d’ouvrir son abri de piscine ;
  • une mauvaise filtration : c’est le système de filtration qui permet d’éliminer les principaux organismes pouvant entraîner l’apparition d’algues dans la piscine. Mauvais fonctionnement du dispositif, filtre obstrué ou encore tuyauterie encrassée : autant d’éléments pouvant impacter l’efficacité de la filtration.

Comment se débarrasser des algues de piscine ?

Selon la nature de l’algue de piscine et son niveau de développement, il pourra être nécessaire d’attendre jusqu’à plusieurs jours avant de retrouver une eau claire, saine et limpide. Dans tous les cas, il convient de suivre plusieurs étapes afin de se débarrasser de ce parasite :

  • adapter le niveau de pH : il faut tout d’abord de vérifier le niveau de pH de l’eau. Dans le cas où il n’est pas optimal, utiliser un produit pH+ ou pH- afin de retourner à la normale ;
  • nettoyer le bassin : avant d’agir sur la composition chimique de l’eau grâce à un produit de traitement, il est nécessaire de nettoyer le bassin. À l’aide d’une épuisette et d’un robot, il faudra retirer un maximum de dépôts à la surface et au fond. Avec une brosse, il faudra également nettoyer les parois et les équipements de la piscine ;
  • réaliser un traitement de choc : malgré ces deux premières mesures, les algues de piscine vont très certainement réapparaître. Raison pour laquelle il est nécessaire de réaliser un traitement de choc de l’eau. À l’aide d’un produit désinfectant, il sera possible de tuer les micro-organismes présents et ainsi de retrouver une eau limpide.

Il existe différents traitements de piscine (chlore, brome, oxygène actif, etc.), chacun répondant à des objectifs qui lui sont propres ;

  • utiliser un traitement fongicide : dans certains cas où les algues de piscine se sont largement développées, le traitement de choc ne suffira pas pour régler le problème. Il faudra alors utiliser un produit antifongique, tel qu’un algicide, afin de détruire les derniers résidus présents dans le bassin. Il convient d’ailleurs d’utiliser un produit adapté à la nature de l’algue. C’est tout particulièrement vrai en ce qui concerne les algues moutarde qui risquent de réapparaître avec un algicide classique ;
  • assurer le renouvellement de l’eau : que vous utilisiez un produit fongicide ou non, il faudra, quoi qu’il arrive, filtrer la piscine en continu afin de la débarrasser de toutes les impuretés présentes dans l’eau. Le système de filtration devra donc être allumé pendant au minimum une journée. Pour en assurer le bon fonctionnement, pensez à nettoyer le filtre et à vider le panier durant l’opération ;
  • effectuer une floculation : en dernier recours, il est possible d’utiliser un produit floculant contre les algues de piscine. Celui-ci permet à la fois d’améliorer la filtration de l’eau et de renforcer l’efficacité des traitements.

Algues de piscine : comment s’en prémunir ?

Pour éviter que des algues vertes de piscine, ou d’une autre couleur, n’apparaissent, il convient d’adopter certains gestes au quotidien. Il faudra tout particulièrement :

  • contrôler régulièrement la piscine : niveau de pH, température, taux de désinfectant… autant de mesures à réaliser de façon régulière afin d’éviter que des algues de piscine ne se développent. Cela permettra de corriger le problème en amont ;
  • nettoyer la piscine : si les parois et le fond du bassin doivent être entretenus régulièrement, c’est aussi le cas en ce qui concerne les équipements de la piscine. Outre les filtres, il faudra penser notamment à entretenir les skimmers et le liner. Rappelez-vous que l’entretien d’une piscine est le seul moyen de retirer efficacement les feuilles, poussières, cheveux et autres bactéries ;
  • protéger le bassin des polluants : à l’aide d’un abri de piscine, il est possible de préserver le bassin des différents éléments extérieurs pouvant entraîner l’apparition d’algues dans la piscine. Gardez cependant à l’esprit qu’une température trop élevée peut être à l’origine d’une eau verte de piscine (faire un lien vers Comment traiter l’eau verte de la piscine ?). En cas de forte chaleur, pensez donc à rajouter de l’eau fraîche et à éventuellement laisser la piscine à l’air libre.

Pour connaître gratuitement et sans engagement le tarif correspondant à votre projet d’abri de piscine, demandez votre devis gratuit en remplissant le formulaire ci-dessous :

Découvrez également les articles